12/04/2007

UN PEU D'HISTOIRE - CARTES POSTALES

QUELQUES CARTES POSTALES DE L’EPOQUE

Carte Postale_PhotoRedukto

ON PEUT REMARQUER LES PANTALONS NOIRS A BANDE ECARLATE

Photos Grenadiers 1_PhotoRedukto

                                                UN REGIMENT DE GRENADIERS

 

 

                                                            Photos Grenadiers 2_PhotoRedukto_PhotoRedukto_PhotoRedukto

                                                   UNIFORME DES GRENADIERS

 

VOILÀ PLACE MAINTENANT AU FOLKLORE 2007

 

BIENTÔT  DANS VOTRE BOITE AUX LETTRES VOTRE TRADITIONNEL DOCUMENT  « APPEL DES TROUPES »

 

22:05 Écrit par Serg sapeur Dom dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/04/2007

UN PEU D'HISTOIRE - LE REGIMENT DE 1837 A 1992

Le régiment des grenadiers s’installe dans une autre caserne.

La Caserne Prince Albert

La construction de la caserne Prince Albert commença en 1896. A l'origine, l'installation se bornait à 2 bâtiments pour y loger la troupe du Régiment des Grenadiers. Mais très vite les idées concernant cette caserne ont fortement évolué et il a été décidé de démolir tous les bâtiments à front de Rue des Petits Carmes depuis la rue du Pépin jusqu'au Palais d'Egmont. Il ne s'agissait plus seulement de fournir un logement adéquat au Régiment qui bénéficiait de la sollicitude particulière du Souverain, mais aussi d'ériger une construction qui cadrerait dans les projets du Roi Léopold II d'embellir la capitale au moyen d'édifices publics imposants. Pour les façades donnant sur la Rue des Petits Carmes, l'architecte choisit un style néo-Baroque. Le Mess des Officiers, le bâtiment faisant le coin de la rue des Petits Carmes et de la Rue du Pépin, reçut toutefois un aspect assez différent. En 1901, la nouvelle caserne reçut, avec l'approbation du Roi Léopold II, le nom de ‘Caserne Prince Albert' en souvenir de la présence du Prince dans les rangs du Régiment depuis 1892.

caserne prince Albert 3_PhotoRedukto

caserne prince Albert 1_PhotoRedukto

Les travaux de la caserne ne connaîtront leur achèvement qu'en 1907 avec l'inauguration du mess des Officiers. Le Régiment des Grenadiers y résidera, mise à par l'interruption de 4 ans durant la Première Guerre Mondiale, jusqu'en 1939. En quittant leur caserne à la mobilisation de 1939, les Grenadiers ne pouvaient se douter que ce départ serait définitif. En effet, le Régiment, reconstitué en 1945 mais réduit à un bataillon, fut affecté aux Forces Belges en Allemagne et Bruxelles ne vit plus que des détachements à l'occasion de cérémonies ou d'un tour de garde au Palais.

les greandiers à laeken_PhotoRedukto

 Le 1er Régiment de Grenadiers de 1837 à 1992

Le 8 mai 1837, le Roi Léopold Ier réunit toutes les compagnies d’élite des Régiments de Ligne au sein du Régiment de Grenadiers.

Ce Régiment se distingue lors de la première guerre mondiale, au cours des combats autour d’Anvers, durant la Bataille de l’Yser et surtout à Steenstraete, du 22 au 25 avril 1915, où pour la première fois sont utilisés des gaz de combat. Le drapeau du Régiment, remis le 25 août 1838 par le Roi Léopold Ier à Beverlo, est décoré de la fourragère aux couleurs de l’Ordre de Léopold et l’unité voit fièrement inscrire dans ses plis les citations CAMPAGNE 1914-1918, ANVERS, YSER, TERVAETE, STEENSTRAAT et PASSCHENDAELE.

Le 10 mai 1940, lorsque éclate la deuxième guerre mondiale, le Régiment prend position sur le canal Albert, dans la région de Tessenderlo. Il participe à la Campagne des dix-huit jours en s’installant successivement sur la ligne Koningshooikt-Waver, le canal Gand-Terneuzen et le canal de dérivation de la Lys. Le 26 mai, engagé au sud de Roeselare, le Régiment y défend ses positions jusqu’à la capitulation. Le 4 juin 1940 s’établissent les premiers contacts qui donneront lieu à la fondation d’un groupement de Grenadiers-résistants, membre de l’Armée secrète.

En 1945, au sein de la 4ème Brigade d’Infanterie "Steenstraete", est formé en Irlande le Bataillon qui le 27 mai 1946 reprend les traditions du 1er Régiment de Grenadiers. Les Grenadiers séjourneront successivement à Buren, Aachen et dès 1951 à Soest.

Le 25 mai 1960, une compagnie de marche part pour le Congo tandis qu’en 1961 une deuxième compagnie de marche rejoint le Rwanda-Urundi, afin dans chaque cas d’y participer au maintien de l’ordre. Le 9 février 1961, la ville de Bruxelles, ville de garnison à la création des Grenadiers, parraine le Régiment. En 1962, les Grenadiers sont équipés de véhicules blindés M75, lesquels sont remplacés par des AMX-13 en 1969. Depuis 1986, le Régiment est équipé de M113 et d’AIFV.

Le 1er Régiment de Grenadiers est fier à juste titre d’avoir compté dans ses rangs quatre princes héritiers qui y ont aussi prêté serment : le duc de Brabant, futur roi Léopold II, le prince Baudouin qui servira ensuite au Régiment de Carabiniers, le prince Albert, futur roi Albert Ier, et le duc de Brabant, futur Léopold III.

Le 24 avril 1992, les Grenadiers quittent leur ville de garnison de Soest. Le 27 juin 1992, le 1er Régiment de Grenadiers fusionne avec le Régiment "Carabiniers Prins Boudewijn" pour constituer dès lors le Régiment "Carabiniers Prins Boudewijn-Grenadiers".                                                          Edition 6 du 16/06/2005  vox

 

07:52 Écrit par Serg sapeur Dom dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

01/04/2007

UN PEU D'HISTOIRE - UNIFORME - LE PANTALON NOIR

NOTRE UNIFORME

 

« Le pantalon noir »
                          
Pantalon Noir
 

« A propos de Napoléon III, rappelons que le neveu a copié l oncle ; il avait aussi sa Garde Impériale personnelle dans laquelle on comptait deux régiments de voltigeurs.

C étaitcertainement un souvenir de la Jeune Garde qui devait dès 1810 incorporer ses premiers régiments de voltigeurs. Un détail concernant le pantalon : de bleu foncé à passepoil jonquille en 1854, il devient en 1856 rouge garance, la couleur des pantalons français jusqu en 1914. »

 

Et en Belgique ? Nous savons que notre jeune armée se forme selon le modèle impérial. Il est dès lors assez logique qu un arrêté royal du 8 mai 1837 officialise la création d un « Régiment des Grenadiers et Voltigeurs Réunis », prélevé sur les 12 régiments de ligne. Ce régiment se modifie en 1850 suite à la dissolution des deux bataillons de voltigeurs. Voici une description sommaire : Boutons, pantalon gris foncé à passepoils rouges, capote gris foncé, shako avec cor pour les voltigeurs et grenade pour les grenadiers. Les officiers portent les hausse-col. En 1845, le pantalon est noir à bande écarlate* et les grenadiers reçoivent leur fameux haut bonnetà poil tandis que les voltigeurs gardent le shako. * rouge
Musée des Marches Fokloriques de l Entre-Sambre-et-Meuse Rue de la Régence, 6 B-6280 Gerpinnes Belgique Extrait du Marcheur N° 171 de Mars 2004

Voici L’histoire de notre uniforme

nous sommes

une compagnie de sapeurs grenadiers belges de 1845

Dès son installation à Bruxelles en 1840, le Régiment des Grenadiers créé en 1837 par le Roi Léopold Ier et qui porta jusqu'en 1850 le nom de ‘Régiment d'Elite', fut chargé de la garde du Palais Royal et du Château de Laeken. Le but essentiel était de disposer d'un corps d'infanterie destiné à agir immédiatement en cas d'hostilités et d'une force numérique toujours suffisamment compacte et composée d'hommes exercés au service militaire. Le Régiment occupa la caserne la plus proche du Palais, en l'occurrence la Caserne Sainte-Elisabeth, un ancien couvent, situé  près du Boulevard du Berlaimont, à hauteur de la Banque Nationale.  

                                                                                 (A SUIVRE ..........)

15:17 Écrit par Serg sapeur Dom dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |